La peinture haïtienne. Sources : Lahennec Hurbon.

Haïti est un festival de couleurs. Couleurs délavées des murs, couleurs bigarrées des marchés omniprésents, couleurs vives des petites constructions des villages, décoration surréaliste des célèbres " Taptap " qui brinquebalent et promènent à travers les villes leurs armoiries à la gloire d’un Dieu qui semble seul à pouvoir sauver ce pays oublié du reste de la planète…comme si on voulait échapper, en coloriant le monde, aux difficultés insurmontables de la vie quotidienne ou à l’effroyable misère des bidonvilles, comme si on voulait prendre, à travers la peinture, la parole si souvent interdite. Les ruines sont encore ici et là présente, souvenir terrible de janvier 2010, des tentes, des abris faits de tôles et de cartons, rien n’y fait. Ce peuple croit en l’avenir. Les artistes qui ont échappé à la mort ont repris leurs pinceaux.

La peinture est partout. Cette forme d’expression semble pratiquée depuis la nuit des temps chez les Haïtiens. On ne sait comment ce peuple est devenu " un peuple de peintres ". Peintures naïves, religieuses, historique ou primitives font partie de la vie quotidienne.
Peu après l’indépendance, (1804) le Roi Christophe, mégalomane et dictateur plus ou moins éclairé , régnant sur la région Nord, crée une Académie de peinture au Cap Haïtien. De 1830 à 1860 la peinture historique et religieuse prend un grand essor. Elle retrace avec un talent indéniable l’histoire de l’émancipation de ce peuple qui fut le premier à se libérer par ses propres moyens de l’esclavage ou immortalise les glorieux libérateurs. Elle chante la gloire d’une religion étonnante (le Culte Vaudou) qui assimile et métamorphose avec poésie et humour les personnages de la religion catholique ou les esprits venus avec les esclaves de l’Afrique profonde, elle stigmatise les aberrations sanglantes des dictatures…
Nono :« Marché avec des ânes. »
Le monde découvre bientôt avec étonnement et admiration l’Art naïf ou primitif haïtien. L’homme à qui l’on attribue cette découverte s’appelle Peters Dewitt, professeur américain et peintre de talent. Il décide, juste après la guerre de 40, de créer une école d’art et de peinture à Port au Prince. Ces années d’après guerre seront fertiles en innovations et en découvertes artistiques et constitueront un tournant dans l’histoire de l’art naïf. Cette école accueille bon nombre de peintres et aussi d’autres talents (sculpture, travail du fer) qui n’ont aucune culture artistique ni véritable connaissances techniques, mais qui possèdent une inspiration, une grande vitalité d’expression , une fraîcheur, un sens inné de la couleur et du trait.
Mais c’est de la vie quotidienne qu’est née la peinture haïtienne, bien avant que les Américains ou les Européens ne s’y intéressent. Les Haïtiens ont toujours possédé un goût prononcé pour la couleur, pour la parole magique du dessin et de la décoration. (Un goût pour le conte et la poésie aussi, et l’histoire de leur pays ; mais une grande partie de la population, illettrée, n’a accès qu’à l’oral). Beaucoup pensent que ce sont les aspirations profondes du Vaudou qui sont à l’origine de ce sens de la peinture. Les grands peintres Haïtiens d’hier et d’aujourd’hui ont représenté avec bonheur des scènes de cérémonies Vaudou…du temps des esclaves ( ou elles furent des catalyseurs de la révolte et de la marche vers la libération), jusqu’à nos jours. Mais c’est le peuple haïtien qui a joué le rôle le plus important dans cette émergence unique d’un art populaire et dans son évolution : les Haïtiens " parlent avec la peinture ".

De nombreux Ateliers se créent : l’Ecole du Nord, à Cap Haïtien, l’Ecole de Sud à Jacmel (où vivent aujourd’hui nombre de peintres devenus célèbres) par exemple Ismaël Saincilus, (Maître des icônes) entré au centre d’Art de Dewitt vers 1956, et qui deviendra le créateur de l’Ecole de l’Artibonite. Son enseignement, ouvert à tous les jeunes talents, deviendra célèbre : ses élèves et tous les peintres Haïtiens, lui portent une véritable vénération. La communauté de Saint Soleil produit des œuvres puissantes, enracinées dans le Vaudou. Parmi les paysans illettrés se révèlent de grands artistes. André Malraux leur rend visite en 1976, quelques mois avant sa mort. Il consacrera un magnifique chapitre de sa dernière œuvre " L’intemporel " : il dira de cette école primitive " l’expérience la plus saisissante et la seule contrôlable de peinture magique en notre siècle "
L’Art pictural haïtien est multiple, foisonnant . Tous les styles possibles, du plus naïf au plus sophistiqué, y sont présents. Par la magie du pouvoir créatif de ce peuple, l’art prend des couleurs, des formes, une atmosphère que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.
Expression populaire, mais aussi, mêlée de rêve et d’espérance, expression vitale. Dans ce pays qui compte parmi les plus pauvres de la planète, les peintres des bidonvilles tentent de survivre grâce à leur art. Certains de ces peintres seront des maîtres à leur tour. Les anciens maîtres ou les plus grands sont passés dans l’histoire de l’art mondial, d’autres talents sont nés : Eddy Jacques, Rose Marie Desruisseaux, André Normil, Calixte Henri, Cameau Rameau, Célestin Faustin, Fritzner Lamour, Richard Antilhomme, Saincilus Ismaël, Claude Dambreville, Philippe Dautruche, Clautaire Dominique, Eddy Dorville, Préfète Dufaut,Yves Lafontant, Elie Nelson, Metellus Bekens, Prospère Pierre Louis, Anslot Thomas…il faudrait en citer bien d’autres.

" La couleur contre la misère, la joie du travail artistique contre les affres de l’exclusion, la beauté luttant contre l’injustice, tel est le pari. " ( APAM " Artistes en Haïti ") Nous y ajouterons la recherche d’un paradis perdu au fil des épisodes d’une histoire unique et tragique.
Deux association travaillent à faire connaître et reconnaître cette peinture et les nouveaux peintres haïtiens :
L’APAM ( Association pour la promotion des Arts du Monde ) dont le livre " Artistes en Haïti " est une œuvre exceptionnelle et " ENFANTS-SOLEIL ". Il y en a désormais beaucoup d’autres.
Toutes deux utilisent intégralement les fonds recueillis pour des actions de solidarité auprès des enfants déshérités d’Haïti, et font en sorte que les peintres puissent recueillir le fruit de leur travail et de leur talent en s’ouvrant les portes des expositions au delà des frontières d’Haïti.